Des risques psychosociaux RPS à la qualité de vie au travail QVT : un tournant salutaire !

Cet article a été publié il y a 4 ans, 8 mois.
Il est probable que son contenu ne soit plus à jour.

L’expression Qualité de Vie au travail (QVT) est en train de supplanter progressivement celle de Risques Psychosociaux (RPS) : enfin, oserait-on dire !

Car c’est bien cette nouvelle expression qu’il convient d’utiliser pour arrêter la spirale infernale qui veut absolument enfermer le travail dans une relation à la souffrance, même si étymologiquement c’est le cas (comme chacun sait, le mot « travail » trouve son origine dans le latin tripálĭum « instrument de torture à trois poutres »).

Quelle idée tellement française ! On a oublié de considérer que depuis la création de ce mot jusqu’à aujourd’hui se sont passés quelques millénaires transformant le travail esclavagiste, ultra-physique et accidentogène de 6 jours à 12 heures ou plus par semaine, parfois dans un univers de privations, de brimades, de violence et de souffrance réelle, à un travail respectueux des personnes, mécanisé, sécurisé, à 35 heures par semaine, développé socialement autour d’une recherche d’épanouissement et d’accomplissement de soi.

Bref, une faille spatio-temporelle à « la sauce Camarade » ou façon « Cosette contre les Thénardier » que l’on serait enfin en train de combler ? Difficile d’y croire encore aujourd’hui dans ce pays où l’on cherche parfois encore à instiller que la vie au travail serait aussi accablante qu’à l’époque de nos chers Victor et Émile… en même temps que l’on nous dépeint la misère sociale des « sans travail »… Ou l’art du verre constamment à moitié vide.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *