Recrutement : mais où est donc passé le CV anonyme ?

Cet article a été publié il y a 14 ans, 4 mois.
Il est probable que son contenu ne soit plus à jour.

POUR le CV anonyme : Cyrille de Montgolfier, DRH d’Axa France

« Tout faire pour aller vers une égalité totale des chances »

J’entendssouvent dire que le CV anonyme est une solution hypocrite etdémagogique. Voilà une réponse bien française! Pourquoi critiquer uneidée avant même de l’avoir essayée?

Partons d’unconstat: plus on est diplômé, plus on est victime de discriminations.Pour lutter contre cette réalité, nous ne sommes pas partisans, chezAxa, d’une discrimination positive, avec fixation de quotas oud’objectifs chiffrés.

Notre ambition est de tout faire pour aller vers une égalité totale deschances en aidant les recruteurs à poser un regard professionnel, etuniquement professionnel, sur les CV.

Nous faisons le pari que si un recruteur a répondu à un candidat qu’ilétait intéressé par ses compétences sur la base d’un CV anonyme, alorsil continuera à se comporter de façon professionnelle pour la suite duprocessus.

Depuis le 26 janvier, nous testons les CV «anonymisés». Contrairement à ce que certains pensent, la procédure n’a rien d’une usine à gaz. En outre, elle ne coûte rien.

Les candidats qui postulent sur notre site Internet remplissent tousles champs habituels, mais certains (les nom, prénom, date denaissance, sexe, nationalité, adresse…) sont automatiquement cachéslorsque les formulaires sont reroutés vers nos recruteurs en province.

Bien sûr, le CV anonyme ne suffit pas à lui seul pour lutter contre lesdiscriminations. Nous travaillons depuis deux ans avec SOS-Racisme, quinous adresse des CV. Nous nous sommes engagés à recevoir tous lescandidats proposés. Depuis l’été dernier, nous avons élargi cepartenariat à une association d’aide à l’insertion des jeunes, ainsiqu’à d’autres niveaux de qualification (tous les postes ouverts aux bac+ 2, et non uniquement aux bac + 5). Cette année, nous voulons aussinouer des relations privilégiées avec des écoles de zones défavorisées,afin de proposer des stages ou des contrats en alternance aux élèves.

Je suis convaincu que l’entreprise est facteur d’intégration. Je suiségalement un ferme partisan de la diversité. Sur un plan éthique, toutd’abord. Mais aussi en termes d’efficacité économique, car uneentreprise doit être en phase avec son marché et ses clients. Le CVanonyme peut contribuer à réobserver des candidatures qu’on neregardait plus par (mauvaise) habitude. Pour convaincre les plussceptiques, je dirais qu’au pis, de toute façon, il ne changerait rien.Alors pourquoi ne pas tenter?

CONTRE le CV anonyme : Izy Béhar, DRH d’Eutelsat

« Un  » truc médiatique »  » issu du microcosme parisien »

LeCV anonyme, c’est l’exemple même de la fausse bonne idée. On veut sebattre pour un accès plus égalitaire à l’emploi, mais on ne s’attaquepas aux causes des discriminations. Le CV anonyme ne changera rien dutout.

Ou alors, si on veut être cohérent, ilfaut aller au bout de la logique et imposer les embauches selon l’ordred’arrivée des candidatures, ou en fixant des quotas.

La fonction publique n’impose-t-elle pas une condition de nationalitépour ses recrutements’ Je ne suis pas favorable aux quotas parce qu’ilsvont dans le sens de la discrimination plus que de l’intégration, enraison de la stigmatisation qu’ils induisent.

Le problème de fond est que les Français sont souvent peu ouverts auxétrangers. La seule façon de lutter contre les discriminations est doncd’éduquer en interne.

Chez Eutelsat, nos 450 salariés se répartissent en 25 nationalités, etcela ne pose aucun problème. Notre culture, c’est la multiculture. Nousparlons indifféremment en français, anglais, italien, espagnol… etnotre seul critère de recrutement, c’est la compétence. Nousbénéficions, il est vrai, d’une histoire singulière, puisque nousétions une organisation intergouvernementale jusqu’en juillet 2001,date à laquelle nous sommes devenus société anonyme.

Si je suis aussi critique à l’égard du CV anonyme, c’est que je ne voispas du tout à quoi il peut servir. C’est un «truc médiatique» issu dumicrocosme parisien.

En pratique, je ne vois pas non plus comment cela peut fonctionner. Onefface l’âge du candidat, mais, s’il est précisé dans le CV qu’il apassé son bac en 1968, cela n’a pas de sens !

En plus, l’anonymat fait fi de la nécessité, pour un DRH, de veiller àl’homogénéité et à l’efficacité de ses équipes. Si la moyenne d’âgedans une équipe est de 32 ans, on comprendra qu’un DRH ne sélectionnepas un candidat de 48 ans, de peur que la greffe ne prenne pas.

Si une entreprise travaille beaucoup avec les pays du Golfe, il estinimaginable qu’elle recrute un candidat de religion juive pour sonservice export, sans que cela soit de la discrimination!

Notre métier de DRH est un métier d’intégration de profils divers etcomplémentaires. Si nous n’avons pas cette volonté d’intégrer, alorsnous courons à l’échec. Mais, en tout cas, ce n’est pas une procédurecomme le CV anonyme qui éliminera les discriminations.

Sources: loi 2004-1486 du 30 décembre 2004 / Legitravail :http://www.legitravail.com/embauche/principes-et-regles / L’Express du14/02/05 : Faut-il promouvoir le CV anonyme? par Jacques Trentesaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *