Les TMS attaquent l'entreprise !

Cet article a été publié il y a 14 ans, 7 mois.
Il est probable que son contenu ne soit plus à jour.

TMS : Kesako ?

Les TMS, ou troubles musculo-squelettiques, sont provoqués par l’hypersollicitation des tendons, des gaines, des nerfs et des tissus autour des articulations.

Les symptômes les plus courants sont des douleurs aux poignets, aux épaules et aux coudes, au moindre mouvement ou au moindre effort.

Ces maux sont bien connus dans le secteur industriel, notamment sur leschaînes de production où les salariés sont amenés à effectuer desgestes répétitifs. Mais avec l’avènement des ordinateurs, donc desclaviers et des souris, les TMS se démocratisent et s’attaquent au salariés du tertiaire. Aux dernières nouvelles, l’épidémie progressait de 20 % par an.

En 2000, sur 32 000 maladies professionnelles reconnues par le régimegénéral et le régime agricole de la sécurité sociale, 22 000 concernaient des troubles musculosquelettiques (TMS) du membre supérieur ou inférieur.

Selon les statistiques de la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) :

  • 50 % des TMS déclarés comme maladie professionnelle atteignent le poignet ;
  • 26 % l’épaule ;
  • 20 % le coude ;
  • moins de 5 % concernent les membres inférieurs.
  • L’exemple le plus connu : le syndrome du canal carpien

    Le membre supérieur, contraint à des mouvements répétitifs nocifs pour les articulations, est le plus exposé.

    Le syndrome du canal carpien représente la quasi-totalité des TMS du poignet, soit près de la moitié de l’ensemble des TMS des membres.

    Lié à une compression du nerf médian du poignet, le syndrome du canalcarpien représente l’une des premières causes d’interventionchirurgicale en France. On compte environ 80 000 opérations par an dans l’hexagone.

    Il se manifeste par des fourmillements ou un engourdissement desdoigts, d’abord nocturne, puis permanent. Il s’accompagne d’unediminution de la force musculaire se traduisant par une fatigabilité etune maladresse des doigts. Si le port d’une attelle la nuit ou desinfiltrations de corticoïdes peuvent suffire à soulager les symptômesdans les premiers stades, la chirurgie peut être indispensable pourouvrir le ligament annulaire du carpe qui forme le canal carpien etenserre le nerf médian.

    S’il est impossible de citer des chiffres précis, de nombreusesenquêtes semblent indiquer qu’un nombre croissant de syndromes du canalcarpien sont liés à un facteur professionnel. La répétition demouvements de flexion et d’extension, la préhension serrée, les appuissur la paume, les vibrations (outils vibrants) sont autant de gestesqui semblent augmenter le risque.

    Par le nombre des salariés concernés, l’informatique mérite uneattention particulière. Les utilisations inadéquates sont fréquentes,avec notamment des claviers d’ordinateurs posés trop haut. Une enquêtedu Ministère du travail estime qu’il y a trois millions de personnes qui travaillent sur ordinateur et sont potentiellement exposées.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *