Sécurité… De quoi parle t-on ?

Cet article a été publié il y a 13 ans, 7 mois.
Il est probable que son contenu ne soit plus à jour.

Du responsable prévention au garde du corps…

  • Que faites vous dans la vie ?
  • Je suis chargé de sécurité, répond l’ingénieur en charge de la prévention des accidents du travail.
  • Et vous êtes armé ?…
  • Voilà une situation vécue qui illustre l’ampleur du quiproquo. La où l’ingénieur veut dire « préventeur » son interlocuteur entend « agent de protection », « garde du corps »?

    Quand je clique sur le mot « sécurité », mon logiciel d’illustration mesort pêle-mêle ; un revolver, une scène d’accident, une bouée, unberger allemand, des menottes, des chaussures de sécurité, uneinfirmière et’ un horse-guard … Une liste à la Prévert !

    Le dictionnaire va sans doute nous éclairer :

    Sécurité: n.f. Situation où l’on n’a aucun danger à craindre // Confiance,tranquillité d’esprit résultant de la pensée qu’il n’y a pas de dangerà redouter?

    « Situation où l’on a n’aucun danger à craindre ? » : qui peut prétendre mettre en oeuvre une situation où l’on a aucun danger à craindre ??? Ne confond-on pas danger et risque ?

    Confiance, tranquillité d’esprit résultant de la pensée qu’il n’y a pas de danger à redouter ?… » : la sécurité serait donc l’apparence de la sécurité ??!! Une sécurité « Canada Dry » Je crois être en sécurité donc je suis !

    Loupé ! Le dictionnaire ne nous est d’aucune utilité.

    Nos amis anglo-saxons n’ont pas ce problème. Leur vocabulaire différencie « safety » et « security ».

    « Safety »: de safe à sauf (sain et sauf) en vie, en état’ Désigne ce qui relèvede la prévention des accidents, maladies pour les personnes

    « Sécurity » : Désigne ce qui relève du contrôle, de la protection des personnes et des biens face aux risques malveillants.

    Alors pour faire bonne figure, nous-autres français avons inventé « Sécurité » pour les risques accidentels et « Sûreté » pour les risques malveillants. Merveilleux !

    Merveilleux ? non, patatras, le monde du nucléaire inverse ces deux vocables : pour eux la sûreté relève de la sûreté de fonctionnement, la maîtrise de la réaction nucléaire et la sécurité du contrôle des accès et l’intervention en cas d’incident.

    Dans ce monde qui ne sait plus appeler un chat un chat, on demande àdes personnels (chargés de sécurité, chargés de sûreté, responsablesprévention, infirmières du travail, responsables maintenance outechnique, responsables de ressources humaines, service de santé) de mettre en oeuvre la sécurité dans l’entreprise.

    Auteur : Jean-Louis SEPUCLCHRE, consultant formateur en sécurité pour C3S.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *