Relation difficile au travail ? Des pistes pour s’en sortir

Avec Marc.T du bureau d’études rien à faire : malgré nos efforts, ça tourne toujours au vinaigre… Fabrice Lacombe, consultant en management, communication et développement personnel, donne des pistes pour sortir des relations difficiles.

Faire face aux dysfonctionnements de l’autre

Une relation difficile, c’est lorsque l’on doit faire face aux dysfonctionnements de l’autre. C’est avant tout une situation que l’on a du mal à gérer et où l’on ressent des émotions négatives, du mal-être, un vrai sentiment d’inconfort. Une relation difficile, ça peut aussi être une situation où l’on n’a pas la compétence pour gérer.

Or, en entreprise, gérer la relation difficile s’impose caril faut vivre avec les autres. En effet, dans le cadre du travail, je ne peux fonctionner seul puisque la relation d’interdépendance domine. Cela implique que j’accepte le dysfonctionnement de l’autre et que je fasse avec.

D’ailleurs, vous remarquez l’apparition récente du savoir-être au niveau des critères RH de recrutement. Dans l’entreprise, faire preuve de savoir-être est vital.

Connaître les deux stratégies

La relation n’est pas au beau fixe avec l’un de vos collègues et il semble que votre interlocuteur refuse de coopérer. Dans ce cas précis de la relation, il existe deux stratégies fondamentales :

La stratégie de développement

Je vais tenter par tous les moyens de générer de la coopération, c’est-à-dire que je vais chercher des solutions et tenter de trouver un terrain d’entente avec la personne. Mon comportement est ouvert et je tente réellement de sortir de la relation difficile.

Et si la stratégie de développement ne fonctionne pas ?

Dès lors que j’use tous les moyens de revenir à une relation plus sereine et que j’échoue, j’aurai recours à une autre stratégie dite de protection. A la clé si je suis manager, des sanctions. En tant que collaborateur un recours au N+1.

La stratégie de protection 

Ici, je vais chercher à entrer dans une dynamique où je sécurise le système et ne cherche plus à coopérer. Je protège le système :c’est-à-dire que j’abandonne l’idée de construire avec l’autre. Cette dynamique de protection implique nécessairement un acte d’abandon de l’idée de construction de la relation et passe par une série de comportements adaptés.

Désormais j’ai recours à l’écrit en notant les faits qui ne me permettent pas d’être serein dans la relation. Le but est de laisser des traces via le mail ou des documents datés, par exemple.

Autre comportement à privilégier désormais : parler devant témoins.

Attention, n’importe lequel d’entre nous aura l’illusion de croire qu’il peut toujours générer de la coopération. C’est faux.

D’où la nécessité, une fois la phase de protection abordée,de rester sur cette dynamique. Le va et vient entre la coopération et la protection est source de confusions et surtout, ne règle pas le problème.

La bonne gestion, c’est faire un choix.

Se regarder soi

Quelle est notre part de responsabilité dans une relation conflictuelle ? Celle-ci existe bien dans le sens où la relation est une construction à deux et que nous apprenons aux autres à nous considérer. En cas de difficultés, il ne faut pas hésiter à recaler les choses et se parler. Il est impératif également de développer une stratégie pour dire les choses sans attaquer l’autre.

Enfin, retenez que l’on n’est pas responsable des dysfonctionnements de l’autre mais des nôtres, c’est-à-dire de notre façon de réagir.

Aller mieux dans les relations difficiles

Pour pacifier la relation, il est impératif de bien identifier les limites que l’on fixe et d’être clair soi-même vis-à-vis de ces limites. Un mauvais positionnement personnel peut entraîner des relations qui dégénèrent.

Trois pistes :

Montrer de l’ouverture :

Envoyer des messages d’ouverture nécessite de la disponibilité. Il faut revendiquer sa parole en disant « je ». Le problème peut survenir ici, de notre volonté et capacité à dire « je ».

Dans les situations difficiles en effet, nous n’avons jamais une vraie conscience de ce qui se déroule. Tout le travail réside dans l’identification des enjeux.

Diffuser des messages d’apaisement :

Pensez aux signaux physiques que vous envoyez à l’autre. Il peut être bien de se reculer au lieu d’avancer, de faire asseoir la personne avec qui la situation dégénère, de montrer les paumes des mains en signe d’apaisement, sourire…

Faire preuve d’autorité :

C’est la capacité que nous possédons à nous faire obéir.Pour que l’autre ait le comportement que j’attends, il faut qu’il me prête de l’autorité. Attention, l’autorité est fragile et se travaille chaque jour.

 


Aller plus loin ?

Identifier les enjeux dans les situations difficiles, savoir dire « non », gérer les reproches, choisir une posture adaptée à la situation…

Pour un travail sur les situations vécues ou une analyse individuelle destinée à prendre conscience de ses comportements dans les relations difficiles :

Rendez-vous dans la session « Gestion des relations difficiles -Maintenir un lien constructif en situation de tension », les 13 et 14 décembre 2010.

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

Note moyenne de 0/5 basé sur 0 avis

Soyez le premier à donner votre avis

Une réponse pour Relation difficile au travail ? Des pistes pour s’en sortir

  1. Bonsoir
    Merci pour votre article
    Je n ai sauf erreur pas trouver de liens vers vos autres articles
    Où puis je les trouver ?

    Dans l attente
    E’cordialement

    Katy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.