Réussir vos projets de changement avec la méthode du W : la phase de cadrage

Antoine des Mazery et David Askienazy ont développé une approche inédite de la conduite du changement : la méthode du W. Cette méthode s’appuie sur 5 phases, détaillées dans l’ouvrage « Réconcilier les décideurs et le terrain avec la méthode du W ». Dans cet article, ils nous présentent la première de ces 5 phases : la phase de cadrage.

management-du-changement-methode-w-cadrage

Cette première étape consiste pour un dirigeant, une équipe de direction, à traduire son projet de changement pour que le terrain puisse se l’approprier.

Pourquoi la première étape du projet doit-elle être du ressort des décideurs ? On entend souvent dire que les changements doivent venir du bas ?

Le rôle des décideurs est de fixer le cap. Ce sont eux qui doivent avoir la main au démarrage du processus de changement. C’est même une attente du terrain, car si on lui donne la parole sans lui dire au préalable quel est le cap à suivre, il aura le sentiment d’être manipulé. Enfin, le terrain ne dispose pas du recul nécessaire et sa vision est parcellaire. Lui donner la parole sans cadrage préalable par les décideurs serait contre-productif.

Puisque c’est aux décideurs de fixer le cap, pourquoi demander au terrain sa contribution au changement ? Ce n’est pas le terrain qui décide !

Certains décideurs suivent ce raisonnement, et décident seuls des changements. C’est ce que l’on appelle le « top down ». Mais le « top down » entraine généralement deux dérives majeures :

  • le changement ne sera appliqué que partiellement,
  • le changement sera appliqué plus lentement que prévu.

Demander au terrain de contribuer au projet présente trois intérêts :

  • Technique : récolter des informations du terrain permet de perfectionner le projet, car le terrain connaît bien les réalités de l’exercice des métiers de l’entreprise, la « vraie vie ».
  • Pédagogique : participer à : un projet favorise l’apprentissage des nouveaux modes de fonctionnement visés.
  • Engagement : participer à un projet démultiplie l’envie de donner le meilleur de soi-même pour que le changement réussisse.

Quelle forme prend concrètement un cadrage ?

Le point de départ du cadrage est un projet déjà construit. Le point d’arrivée du cadrage consiste en trois éléments :

  • Le projet reformulé pour le terrain, en 3 à 10 pages maximum
  • Le projet complété des questions concrètes à poser au terrain
  • La méthode de la mise à contribution du terrain, soit la phase 2 du W

 Que faire si le projet est déjà lancé ?

Idéalement, un cadrage doit être effectué au début du projet. En pratique, le cadrage peut être lancé à tout moment. Le cadrage peut aussi être vu comme un moment où les décideurs, à une étape donnée d’un projet, souhaitent se poser, s’interroger sur le chemin accompli jusqu’à présent dans le changement et sur celui qu’il reste à accomplir, et sur la nécessité de mieux impliquer le terrain dans les changements projetés.

Propos d’Antoine des Mazery et David Askienazy recueillis par GERESO.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *