[EN BREF] Trois quarts des français expatriés sont attachés au système de protection sociale « à la française »

Cet article a été publié il y a 3 ans, 2 mois.
Il est probable que son contenu ne soit plus à jour.

Dans le cadre de l’observatoire des expatriés, le baromètre Humanis-Leptitjournal.com dévoile les motivations des expatriés français. Pour cette quatrième édition, une enquête auprès d’un échantillon représentatif de 2 356 Français vivant à l’étranger a été effectuée en ligne, du 4 janvier au 15 janvier 2016. Les participants sont âgés d’au moins 18 ans.

Cette enquête montre clairement que les expatriés accordent une grande importance au modèle français de protection sociale. 73% des personnes ayant ce statut veulent conserver le lien avec le système.

Pour les 53% des expatriés interrogés, la protection sociale « à la française » ainsi que le système de soins sont ce qui leur manque le plus. Bien sûr, il y a la famille (75%) et la culture (56%).

Le rapport démontre aussi que la plupart des Français, avant de partir à l’étranger, se chargent eux-mêmes de préparer leur protection sociale. Si en 2015, 36% des interrogés seulement l’on fait, depuis le début de l’année 2016, on constate qu’ils sont beaucoup plus nombreux à prendre en charge cette démarche, soit 46%.

Si l’on se réfère à ce sondage, on remarque que 68% des expatriés français estiment que trouver un emploi à l’étranger est plus simple qu’en France. 86% d’entre eux, contre 80 % l’année dernière, sont persuadés que travailler en dehors de la France permet d’acquérir plus de compétences professionnelles.

La Directrice des activités internationales et outre-mer du groupe Humanis, Sylvaine Emery, explique qu’ « il existe aujourd’hui une véritable dynamique d’expatriation avec 2,5 millions de Français résidant hors de France et répartis sur tous les continents. Leur nombre croît de près de 3% par an et les pays de résidences évoluent. Il y a un vrai travail à faire pour que ces Français de l’étranger soient bien protégés dans leur pays d’expatriation et ne subissent pas de conséquences fâcheuses à leur retour comme la perte de droits à la retraite ou une carence de couverture auprès de la Sécurité sociale à leur réinstallation en France ».

A lire:  4è édition du Baromètre Humanis-Lepetitjournal.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *