[EN BREF] Recrutement en France : toujours une incohérence entre les offres d’emploi et les compétences des candidats

Cet article a été publié il y a 4 ans, 5 mois.
Il est probable que son contenu ne soit plus à jour.

Un des premiers moteurs de recherche d’emplois s’étendant à l’échelle internationale, Indeed et son institut Indeed Hiring Lab ont réalisé une enquête auprès des utilisateurs concernant le « décalage entre ce que proposent les employeurs et ce que recherche la population active. » Cette analyse du marché de l’emploi a été effectuée dans 12 pays du monde.

Dans son rapport, trois points méritent d’être invoqués :

  • Offres d’emplois : 40% des postes à pourvoir sont des contrats de travail temporaires, soit CDD ou intérim
  • Recrutement : 1/6 des emplois disponibles restent à pourvoir deux mois après l’annonce
  • Situation à l’échelle internationale : la France est à la 24e position des pays considérés comme étant les plus attractifs en termes d’emploi

En première liste des pays offrant des contrats temporaires, on trouve la France, après l’Italie et le Luxembourg. D’autre part, cette étude montre que les entreprises françaises minimisent la flexibilité du travail.

Par ailleurs, le recrutement reste encore difficile malgré un haut niveau d’étude des candidats des secteurs tertiaires.  À ce propos, l’économiste chez Indeed, Tara Sinclaire, affirme que « La formation tout au long de la carrière est l’une des réponses au fossé qui ne cesse de se creuser entre les compétences apportées par les candidats et celles recherchées par les employeurs. Les métiers d’aujourd’hui sont en perpétuelle mutation, portés par l’évolution constante des nouvelles technologies ou encore les exigences de plus en plus pointues des clients finaux. Il est donc primordial que les entreprises donnent les moyens à leurs employés de se maintenir à niveau et/ou d’acquérir des compétences qu’ils n’ont pas au demeurant, mais qui s’avèrent indispensables. La France est cependant en retard en ce qui concerne le taux de formations suivies à l’âge adulte. Seuls 36% des adultes participent à un programme de formation chaque année contre 50% en moyenne pour les autres pays membres de l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE).  »

Pour ce qui est d’attirer les candidats étrangers, la France reste un territoire moins attractif pour l’emploi. En effet, elle n’est qu’à la 24e position sur 55 pays recensés.

Source : Myrhline, « Flexibilité du travail, décalage entre offre et demande, perspective internationnale : où en est le marché du travail français ? », 03/03/2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *