[EN BREF] Un plan pour l’industrie et un geste pour les retraités

Le Gouvernement a multiplié les annonces ce jeudi sur des thèmes très différents. 300.000 retraités vont bénéficier d’un geste fiscal pour compenser la hausse de la CSG. Dans l’industrie, les PME vont pouvoir bénéficier du retour du suramortissement pendant 2 ans.

Un geste fiscal pour 300.000 retraités

Ce jeudi sur France Inter, Édouard Philippe a annoncé un effort de 350 millions € en faveur de 300.000 retraités au lieu des 100.000 initialement prévus en mars dernier. Il s’agit d’une mesure correctrice visant à compenser la hausse de la CSG de 1,7 point, effective depuis le 1er janvier 2018.

Pour pouvoir en bénéficier selon le Premier ministre, « il faudra être passé pendant deux ans en continu au-dessus du seuil arrêté l’année passée pour être frappé par cette augmentation de la CSG ». Les seuils évoqués sont de 14.404 € pour une personne seule et 22.051 € pour un couple. Les retraités dont les revenus sont déjà inférieurs à ces seuils bénéficient déjà d’une exonération de CSG ou d’une CSG à 3,8%.

Des aides en faveur de l’industrie

Ce même jeudi, dans le cadre d’une visite de l’entreprise Dassault Système, le Premier ministre a annoncé différentes mesures en faveur des PME industrielles pour accompagner leur modernisation.

La principale mesure est le retour du dispositif de déduction exceptionnelle pour investissement productif, mieux connu sous le nom de suramortissement. Il permettait de déduire du résultat fiscal 40% de la valeur du bien avec un étalement sur la durée d’amortissement du bien pour les investissements productifs éligibles réalisés entre le 14 avril 2015 et le 14 avril 2017.

La mesure reprise dans son principe par le Gouvernement sera à nouveau limitée à 2 ans, du 1er janvier 2019 au 31 décembre 2020, mais sera exclusivement ciblée sur les PME et pour des investissements dédiés à la numérisation, à la robotique ou la gestion numérique de la chaîne de production. Cette mesure devrait être intégrée par amendement au prochain projet de loi de finances, présenté la semaine prochaine.

Le gouvernement fixe également l’objectif de renforcer l’accompagnement dans la transformation numérique de 10.000 PME supplémentaires d’ici à 2022. Seules 5.200 PME bénéficieraient actuellement de cet accompagnement.

La question de la réduction des impôts de production a été évoquée, mais reportée. Le Premier ministre a reconnu que le Gouvernement ne s’y attaquera que lorsqu’il aura retrouvé des marges de manœuvre budgétaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *