[EN BREF] 8 000 € à taux nul : le Prêt d’Honneur Solidaire

Plus de deux mille projets ont été financés par le PH Solidaire depuis sa création cet été selon un communiqué conjoint des Ministères du Travail et de l’Économie.

Un prêt avantageux

Octroyé par la Banque Publique d’Investissement (BPI), ce prêt institué par le Gouvernement en juillet 2020 permet de financer les projets de création ou de reprise d’entreprise par l’attribution d’un capital pouvant atteindre 8.000 euros avec une rémunération nulle.

Les caractéristiques de ce prêt en font un instrument intéressant. Il permet en effet un différé d’amortissement de 18 mois sur une durée maximale de 5 ans pour un coût nul. Aucun intérêt ni frais de dossiers ne seront appliqués, aucune assurance décès PTIA n’est exigée. Outre ces avantages, il ne sera requis aucune garantie particulière de la part du dirigeant ou de l’entreprise puisque la couverture sera assurée par le Fonds de Cohésion sociale.

Cette offre est toutefois sujette à l’obtention d’un emprunt bancaire classique ayant peu ou prou les mêmes caractéristiques (capital, durée), à l’exclusion des prêts assortis d’une caution personnelle excédant la moitié de son montant.

Mais réservé aux personnes en fragilité économique

Le PH Solidaire s’adresse aux résidents fiscaux français ayant créé ou repris une activité depuis moins de 3 ans et se trouvant dans une situation particulière :

  • Bénéficiaire de l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) ou de l’allocation de sécurisation professionnelle (ASP)
  • Demandeur d’emploi non indemnisé inscrit à Pôle emploi depuis plus de 6 mois au cours des 18 derniers mois
  • Bénéficiaire du RSA ou de l’Allocation de solidarité spécifique (ASS)
  • Jeune majeur de moins de 26 ans (ou 29 ans révolus s’il est en situation de handicap)
  • Demandeur d’emploi de moins de 30 ans, ne remplissant pas les conditions d’activité antérieure pour bénéficier de l’indemnisation chômage
  • Salarié ou licencié d’une entreprise en procédures collectives (sauvegarde, redressement ou liquidation judiciaire) et reprenant une entreprise
  • Personne sans emploi titulaire d’un contrat d’appui au projet d’entreprise (Cape)
  • Créateur ou repreneur d’une entreprise dans un Quartier prioritaire de la politique de la ville (QPPV)
  • Bénéficiaire de la prestation partagée d’éducation de l’enfant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *