Soft skills : tout savoir sur les compétences douces

À l’heure de la révolution digitale tout va de plus en plus vite. Si l’accélération des inventions, et des transformations, continue telle que nous la connaissons actuellement, certains prévoient que 50 % des métiers qui existent pourraient être remplacés par des machines dans les 10 prochaines années.

Dans ce monde en mutation rapide, l’augmentation des compétences personnelles est indispensable pour continuer à performer. Il est donc nécessaire de développer des compétences non pas techniques (qui vont devenir très rapidement obsolètes) mais, de miser sur les compétences inhérentes à votre personnalité. Par exemple, votre capacité à apprendre, à réfléchir ou à interagir.

Soft skills : tout savoir sur les compétences douces

Les Soft Skills sont les compétences du XXIsiècle, car elles incarnent la capacité à s’adapter en toutes circonstances. Au vu de la densité du sujet et des enjeux qu’il représente, vous pourriez faire des recherches pendant des jours avant d’avoir fini de puiser toutes les informations relatives aux Soft skills.

L’objet de cet article va donc être de faire un tour d’horizon, une véritable fiche pratique sur ce que sont les Soft Skills. Quel est leur intérêt au travail ? Comment les mesurer et les développer ?

Les Soft Skills : Fiche pratique

Les softs skills étant un vaste sujet, il paraît important de commencer par poser une définition la plus complète possible et d’expliquer plus largement leur importance pour le monde de l’entreprise.

Les Soft Skills : Définition / Définir les Soft Skills

Quand on parle de Soft Skills (littéralement en français : compétences douces) on parle des compétences comportementales, humaines et sociales d’un individu, par opposition aux compétences techniques. Toute personne est dotée de soft skills. Elles sont simplement différentes en fonction des personnalités et du niveau de développement de chacun.

On distingue cependant deux types de Soft Skills : les compétences innées et les compétences acquises.

Les compétences innées sont celles que l’on va communément nommer qualités. C’est un talent que nous avons depuis l’enfance et que nous entretenons de par nos actions ou modes de réflexions.
Les compétences acquises sont, quant à elles, des compétences comportementales. Elles ont été développées à travers l’expérience de la vie.

Vous l’aurez sans doute compris, les Soft skills regroupent un spectre très large de compétences. Pour simplifier leur identification, elles sont communément divisées en quatre grandes catégories :

  • La connaissance de soi : compréhension des émotions, gestion du stress, capacité de réflexivité (analyser ses expériences afin d’en tirer des enseignements).
  • La relation avec les autres (sociale) : capacité d’écoute, d’empathie, capacité à coopérer (travail en équipe), facilités de communication et capacité à convaincre.
  • L’action : efficacité, capacité à gérer son temps, capacité à prendre des décisions, capacité à gérer les ressources à sa disposition.
  • La dimension cognitive  : agilité, créativité, ouverture d’esprit, curiosité, capacité d’apprentissage.

Toutes ces compétences sont liées à la réussite d’une interaction sociale et permettent donc l’atteinte d’objectifs, qu’ils soient professionnels ou personnels. Elles permettent de savoir comment se comporter en fonction de l’interlocuteur ou la situation. Ces compétences transversales, liées au quotient émotionnel, constituent en tant que telles des compétences fondamentales pour faciliter les échanges que ce soit au sein de l’entreprise ou à l’échelle de la société.

Leur importance ayant été démontrée ces dernières années, les recruteurs prennent très largement en compte les compétences comportementales quand ils recrutent. Les soft skills peuvent même constituer un critère déterminant, surtout en fin de processus de recrutement.

Les soft skills alimentent les débats depuis de nombreuses années maintenant mais, hormis une importance notable dans les échanges sociaux, en quoi sont-elles si importantes en entreprises ?

L’importance des Soft Skills en entreprise

L’importance avérée des softs skills dans la vie professionnelle n’est plus à démontrer. Il paraît néanmoins intéressant de comprendre pourquoi elles sont devenues des incontournables de la vie en entreprise.

La corrélation entre soft skills et recrutement réussi

La réussite d’un processus de recrutement va dépendre de nombreux critères. Depuis plusieurs années, les softs skills ont été identifiées comme étant un élément pouvant permettre d’assurer une certaine pérennité au recrutement tout juste finalisé.

Les soft skills étant des compétences comportementales facilitant les interactions sociales, elles peuvent permettre de déterminer la capacité et la rapidité avec laquelle le nouveau collaborateur pourra s’intégrer à l’équipe en poste. En fonction du secteur d’activité, privilégier exclusivement les compétences techniques durant votre recrutement peut, à terme, être un mauvais choix.

Exemple : Vous recrutez la perle rare des collaborateurs au niveau technique, mais malheureusement, ce dernier n’a pas développé de soft skills suffisantes (relation avec les autres). Il rencontrera probablement des difficultés à s’intégrer à l’équipe. Dans ce cas deux options : soit il ne répondra pas aux attentes de l’entreprise pour le poste, soit il ne se sentira pas professionnellement épanoui et préférera trouver une entreprise dans laquelle le travail ne se fait pas en équipe. Dans les deux, cas votre recrutement sera bon à recommencer.

Privilégier les soft skills aux compétences techniques

L’humain et les bonnes relations dans l’entreprise sont primordiaux pour pérenniser un recrutement. Les recruteurs s’astreignent donc à jauger chaque candidat sur ce point dès l’entretien. Les compétences techniques pouvant être approfondies en entreprise, les compétences comportementales doivent être acquises avant l’entretien d’embauche.

De plus, les compétences techniques demandent bien souvent, contrairement aux soft skills, une mise à jour régulière, à travers notamment des plans de formation, pour rester pertinentes.

Selon les postes les soft skills constituent même LE critère de recrutement. C’est le cas principalement dans les métiers en lien avec la relation client. En effet, on n’apprend pas en une formation de 21 heures à être empathique ou capable d’écouter activement son interlocuteur. Ce sont des compétences acquises dès le plus jeune âge et qui constituent l’essence même de certaines professions.

Voici quelques exemples de métiers dans lesquels les softs skills prévalent bien souvent sur les compétences techniques : téléprospection, garde d’enfants…

On remarque également que plus le poste va être à un niveau de diplôme et de rémunération élevé, plus les soft skills demandées aux futurs collaborateurs seront pointues (leadership, gestion du stress, évaluation d’une situation, gestion de situations conflictuelles…)

Certains iront même jusqu’à dire que les plus grandes créations de valeurs de l’histoire se sont jouées sur les soft skills (communicants, entrepreneurs, dirigeants …). La question va maintenant être de savoir pourquoi et comment les mesurer et les développer efficacement.

Votre formation sur ce thème

 CONDUIRE L’ENTRETIEN DE RECRUTEMENT 

2 jours – En présentiel ou à distance

  • Disposer d’une méthodologie fiable pour conduire les entretiens de recrutement.
  • Affiner sa capacité à analyser et à comprendre le comportement d’un candidat.
  • Utiliser des outils efficaces pour sélectionner la meilleure candidature.
  • Détecter les « soft skills » et les « mad skills » pour une analyse plus fine du candidat.

Mesurer et développer les soft skills

Les soft skills : pourquoi les mesurer et les développer ?

À l’ère du numérique, comment mesurer et développer ses compétences humaines ? Voici un paradoxe de taille, surtout si l’on prend en compte leur importance, plus que jamais fondamentale, dans le monde d’aujourd’hui.

De nombreux enjeux économiques et sociaux sont directement attachés à la maîtrise des soft skills. En voici quelques-uns :

  • Un monde de service : Nous vivons dans une société de consommation au cœur de laquelle « le client est roi ». Le poids du client et des métiers liés à la relation client ont explosé ces dernières années. Il est donc plus que jamais nécessaire d’avoir une bonne capacité de communication, de compréhension et de gestion du stress.
  • Les organisations horizontales : Ce modèle, qui a pour but de réduire au maximum les échelons hiérarchiques au sein d’une entreprise (par opposition au traditionnel management vertical), est de plus en plus présent en entreprise, principalement dans les start-up. Il demande néanmoins un certain nombre de soft skills pour fonctionner, à savoir notamment une autonomie et une capacité de prise d’initiative de la part de tous les collaborateurs.
  • L’ère du digital : la créativité (individuelle ou collective), l’agilité et la flexibilité sont inhérentes au monde dans lequel nous vivons notamment de par la banalisation des réseaux sociaux et l’évolution technologique qui semble ne jamais s’essouffler.
  • L’incertitude mondiale : mise à rude épreuve ces dernières années, la solidité dont a dû faire preuve certains corps de métiers (soignants, managers, RH …) pour trouver des solutions et continuer d’avancer sans vision.

En bref, les soft skills sont utilisées dans tous les aspects de la vie, pour accéder à un niveau supérieur de maîtrise des relations humaines et sociales et permettent à chaque individu de continuer d’évoluer. Concrètement, comment pouvons-nous les mesurer et les développer ?

Les soft skills : comment les mesurer et les développer ?

La première problématique va être de pouvoir identifier et mesurer les soft skills. Pour cela, il n’y a malheureusement pas de solution miracle, car toute la problématique réside dans le fait de devoir mesurer quelque chose qui n’est pas réellement quantifiable. La mise en place d’un test cognitif avancé permettra de déterminer les soft skills présentes chez vos collaborateurs et leur niveau de développement.

Plusieurs tests ont été développés, on peut par exemple citer l’entreprise Goshaba. Cette dernière, conduite par une chercheuse de Harvard spécialisée sur les sciences cognitives, a créé un jeu vidéo (support universel) pour pouvoir mesurer les soft skills des participants tout en leur faisant oublier l’idée (et le stress) qu’ils sont évalués. Cette mesure peut être menée au moment du recrutement, ou plus tard dans la collaboration (promotion interne, développement…).

Vous avez pu mesurer les soft skills de vos collaborateurs, se pose maintenant la question de leur développement. Soyons claires, aucune formule miracle n’existe pour le développement des soft skills. La solution la plus pertinente réside dans la mise en place d’une multitude d’actions, répétées dans le temps et alimentées dans tous les aspects du travail (hiérarchie, équipement et outils de travail, culture d’entreprise…)

Vous pouvez aussi faire appel à des organismes ayant développé des formations basées sur les soft skills. Ces formations comportementales ont de plus en plus de succès en entreprise (notamment pour les postes à responsabilité). Exemple : formation en gestion de conflit / formation en gestion du stress …

Si vos collaborateurs suivent des formations comportementales ou mettent en place de nouvelles actions en vue de développer leur soft skills, vous pouvez leur proposer la mise en place d’un Test and Learn adapté à ce qu’ils souhaitent développer.

Le Test and Learn est une approche qui permet d’évaluer les enseignements et les résultats qui ressortent de la formation. Il consiste en le fait de mesurer la présence et l’intensité des comportements clés travaillés par les collaborateurs durant leur formation en les comparant, soit aux résultats avant formation, soit aux résultats de collaborateurs n’ayant pas suivi de formation (et qui constituera donc le groupe de « contrôle »).

Vous l’aurez compris, à l’ère de la digitalisation, ou les compétences techniques deviennent rapidement obsolètes, les soft skills doivent plus que jamais être entretenues. Vous pouvez maintenant travailler à leur développement. Attention cependant à ne pas les confondre avec les Hard skills et les Mad skills qui se mesurent et se travaillent bien différemment.

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

Note moyenne de 5/5 basé sur 3 avis

Soyez le premier à donner votre avis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.