[EN BREF] Jurisprudence : Licenciement pour inaptitude d’origine professionnelle

Lorsqu’un salarié est licencié pour inaptitude d’origine professionnelle, l’employeur lui verse diverses indemnités, dont une indemnité compensatrice de préavis égale à l’indemnité de préavis due en cas de licenciement. Cette indemnité n’a pas la nature d’une indemnité de préavis, et n’ouvre donc pas droit à congés payés, comme l’a rappelé la Cour de cassation dans une affaire jugée le 6 juillet 2022.

Lorsque l’inaptitude est consécutive à un accident du travail ou à une maladie professionnelle, les indemnités de rupture dues au salarié licencié relèvent de règles spécifiques.

En plus d’une indemnité « spéciale » de licenciement (égale au double de l’indemnité légale de licenciement), le salarié a ainsi droit à une indemnité compensatrice d’un montant égal à l’indemnité de préavis due en cas de licenciement.

Article L.1226-14 du Code du travail

Le montant de l’indemnité est calculé par référence à la durée légale du préavis et non par référence au préavis conventionnel, même si ce dernier est plus long.

Cass. soc. 12 juillet 1999, n°97-43641, BC V n°347

Cette indemnité spécifique n’a pas la nature d’une indemnité de préavis et son paiement ne recule pas la date de cessation du contrat de travail, laquelle intervient à la date de notification du licenciement.

Cass. soc. 15 juin 1999, n° 97-15328, BC V n° 283

La Cour de cassation confirme dans un nouvel arrêt que cette indemnité spécifique n’a pas la nature d’une indemnité de préavis. En conséquence, elle n’ouvre pas droit à des congés payés, ainsi qu’elle a déjà eu l’occasion de le préciser par le passé (ex. : Cass. soc. 9 novembre 2017, n° 16-14527 D,Cass. soc. 9 novembre 2017, n° 16-14527 D, Cass. soc. 6 juillet 2022, n° 21-11271 D).

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

Note moyenne de 0/5 basé sur 0 avis

Soyez le premier à donner votre avis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.