[EN BREF] Santé au travail : Une consommation de tabac plus élevée en présence de risques physiques ou psychosociaux importants

Cet article a été publié il y a 4 ans.
Il est probable que son contenu ne soit plus à jour.

La DARES (Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques) a publié le 28 juillet 2016 dernier, les résultats d’une étude sur l’influence des conditions de travail sur la consommation de tabac, sur la période de référence 2006-2010.

La consommation de tabac concerne plus souvent les CSP ouvriers et employés. En effet, d’après l’enquête Santé et itinéraire professionnel 2006-2010, on note chez les hommes une plus grande proportion de fumeurs chez les ouvriers et les employés (33 % des ouvriers, 30% des employés, 26% des agriculteurs – commerçants – artisans, 22% des cadres et professions intermédiaires, pour un taux de 27% des hommes actifs occupés). Par contre, chez les femmes, les écarts entre professions sont moins importants (23% des ouvrières et des employées pour 21% des femmes actives occupées).

Les résultats de cette étude montrent que :

  • autant pour les hommes que pour les femmes, la consommation de tabac augmente quand les contraintes physiques s’aggravent ou que l’emploi est menacé
  • pour les hommes, un rythme de travail plus soutenu ne conduit pas à fumer plus, et réciproquement, un rythme moins soutenu ne conduit pas à fumer moins
  • pour les femmes, la consommation en tabac diminue quand leur emploi les conduit à être davantage en contact avec un public, à gagner en autonomie, et à diminuer en intensité de travail. Par contre, cette consommation augmente quand leur travail est reconnu à sa juste valeur et diminue quand elles doivent faire des activités qu’elles désapprouvent.

Source :

dares.travail-emploi.gouv.fr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *