Santé au travail : les risques liés au travail sur écran

Le travail sur écran peut dans certains cas présenter des risques de troubles passagers ou durables notamment pour les personnels amenés à des situations de contact prolongé avec les écrans ou à cause de stations de travail peu adaptées à leurs spécificités.

Cet article a été publié il y a 3 ans, 11 mois.
Il est probable que son contenu ne soit plus à jour.
Risques liés au travail sur écran

Les risques pour les yeux liés au travail sur écran

La première chose qui vient à l’esprit quand on envisage le travail sur écran est la fatigue des yeux ou le dessèchement de ceux-ci (absence de larmes). C’est une fatigue réelle qui peut se combattre d’une façon simple, en alternant les tâches et en aménageant des temps de repos réguliers et nécessaires.

Même si les risques pour la santé des yeux sont minimes en ce qui concerne l’exposition aux différents rayonnements de l’écran, les symptômes suivants sont hélas récurrents : lourdeur des globes oculaires, rougeur, picotements, éblouissement, myopie temporaire, yeux secs, maux de tête. La préexistence de défauts oculaires même légers et non décelés peut contribuer à une fatigue plus élevée et des bilans sur la santé de chaque employé peuvent être conseillés pour améliorer leur situation de travail.

L’éclairage et les reflets sont aussi à considérer. En dehors de la lumière générée par l’écran, c’est aussi celle du lieu de travail et leur interaction qui est à prendre en compte.

Les risques de troubles musculo-squelettiques liés au travail sur écran

Pendant le temps de travail sur écran, le corps est mis à contribution, et si la position du corps n’est pas optimale pendant des moments de concentration intense, celui-ci risque de développer ce que l’on appelle désormais couramment des TMS (troubles musculo-squelettiques).

Littéralement bloqué dans une position inconfortable, le corps va petit à petit s’user et entraîner chez la personne travaillant sur écran des douleurs, au dos, aux bras, à la nuque, aux poignets voire aux mains. L’ergonomie du poste de travail est la clef pour résoudre ces troubles (choix d’un mobilier et de chaises soutenant mieux l’effort du corps et l’accompagnant) et là encore il faut organiser un aménagement plus séquencé des temps de travail permettant au corps de se reposer de cette usure larvaire.

Tout le monde ne réagissant pas non plus de la même manière à l’air en général sec des bureaux (lié aussi bien à la chaleur émise par les postes qu’à la présence de climatisation permettant de réguler cette dite chaleur) la présence de plantes ou l’aménagement de locaux mieux aérés ou avec une climatisation adaptée à la réalité aussi bien des lieux que des forces vives de l’entreprise, peuvent être des solutions.

Les risques liés au stress du travail sur écran

L’attention particulière et parfois quasi hypnotique qu’exerce l’écran et les contraintes liées au rythme de travail sont des facteurs de stress parfois difficiles à évaluer car variant d’un individu à l’autre. Néanmoins leur réalité est démontrée. La pression liée au temps de travail aux délais, mais aussi la présence d’outils nouveaux mal gérés (formation trop courte sur de nouveaux logiciels par exemple) sont à même de développer des situations où le stress va s’installer, petit à petit mais de façon durable.

Comment améliorer les conditions de travail sur écran ?

En tenant compte de chacun de ces facteurs un par un et en accord avec la réalité de la masse salariale. Ne pas oublier qu’en plus de la réalité légale et des grandes lignes de la santé, chaque individu sera un cas particulier à traiter donc individuellement. Malgré tout, la gestion de la qualité des postes de travail et de la formation des personnels ainsi que la rationalisation de leurs temps de travail restent des solutions évidentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *