Œil de l’expert : « Le projet de réforme des retraites laisse présager de nouvelles difficultés pour les RH »

Après la réforme du Code du travail, et avant même celle de la formation professionnelle, le gouvernement s’attaque à un nouveau sujet des plus sensibles : la réforme des retraites. L’objectif ? Remplacer la trentaine de régimes de retraite existants par un système universel par répartition. Le point sur les idées clés du projet avec Nadine Egault, consultante en retraite et protection sociale.

oeil de l'expert retraite rh

Où en est aujourd’hui le projet de réforme des retraites du Gouvernement ?

Depuis le 21 novembre, Jean-Paul Delevoye, le Haut-commissaire aux retraites, reçoit tour à tour les organisations syndicales et patronales afin de les auditer. Pour le moment, peu d’éléments ont été dévoilés, et l’heure est encore à la réflexion et à la consultation. Selon la promesse de campagne du candidat Macron, l’objectif de cette réforme serait de mettre en place un régime unique où l’on fusionnerait l’ensemble des 35 régimes de retraites français existants en un système unique : un régime en comptes notionnels ou en points de retraite.

Le projet s’inspire des modèles suédois ou italiens dans lesquels le capital de cotisations versées est transformé en points de retraite. Ce capital serait réévalué chaque année en fonction de l’évolution du PIB ou de l’évolution des salaires et des revenus d’activités. Au moment de la retraite, ces cotisations se transformeraient en revenus à vie calculés en fonction de l’espérance de vie.

Quelles seront les conséquences de cette réforme sur la mission des RH ?

La problématique pour les RH est aujourd’hui de gérer les fins de carrières en déterminant et en anticipant les dates de départ à la retraite de chaque salarié. Depuis 2009, une entreprise ne peut plus mettre d’office un salarié à la retraite avant 67 ans, et ce dernier peut choisir de percevoir sa retraite à partir de l’âge minimum d’ouverture du droit à la retraite. Cet âge varie de 55 à 67 ans suivant la situation et la carrière du salarié.

De nombreux événements, tels que la naissance d’un enfant, le chômage, les arrêts de travail, ou encore les carrières à l’étranger, viennent ainsi modifier la date de départ en retraite d’un salarié. Du fait de l’ensemble de ces cas particuliers et des situations personnelles à analyser, la gestion des dossiers de retraite est aujourd’hui très complexe pour la fonction RH. Cette nouvelle réforme induira une nouvelle remise à plat du système qui laisse présager de nouvelles difficultés pour les RH et peu de visibilité sur les échéances à venir.

Que peut apporter une formation comme celle proposée par GERESO aux professionnels des RH ?

Les formations retraite proposées par GERESO sont très pointues et pratiques avec des chiffrages, et permettent aux RH de se poser les bonnes questions. Comme le système est d’ores et déjà complexe, il essentiel pour les RH d’être au fait de l’actualité et d’anticiper les réformes à venir, telles que celle applicable au 1er janvier 2019 concernant les retraites complémentaires Agirc-Arrco.

L’objectif de cette réforme est d’inciter les salariés à décaler leur date de départ à la retraite en instaurant un système de bonus/malus temporaire. Ainsi un salarié qui partirait à la retraite avec des droits à taux plein aurait un abattement de 10 %, qui serait supprimé dès lors que cette date de départ serait décalée de 12 mois calendaires. Un bonus sera appliqué si le salarié décale sa date de départ de 2 ans.

Propos recueillis par Stéphanie Marpinard

nadine egault consultante retraite gereso

Nadine Egault

Consultante en retraite et protection sociale chez GERESO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *