[EN BREF] Projet de loi de finances pour 2023 : les amendements retenus

Cet article a été publié il y a 1 an, 7 mois.
Il est probable que son contenu ne soit plus à jour.

Mercredi dernier, la Première ministre a annoncé que le Gouvernement engageait sa responsabilité sur le projet de loi de finances pour 2023 conformément à l’article 49-3 de la Constitution. 113 amendements ont été retenus, parfois issus de l’opposition.

Amendements en faveur des entreprises

Plusieurs amendements retenus impactent la fiscalité des entreprises, notamment l’instauration de mécanismes permettant de récupérer ou de taxer les rentes réalisées par les entreprises du secteur de l’énergie du fait de la guerre en Ukraine :

  • Transposition du mécanisme européen permettant de récupérer la rente des producteurs d’électricité lorsque le prix de vente est entre le 1er décembre et le 30 juin supérieur à 180 € le mégawattheure
  • Instauration d’une contribution solidaire de solidarité applicable à la rente issue des énergies fossiles
  • Revalorisation de 38.120 à 42.000 € du plafond de bénéfices permettant aux PME de bénéficier du taux réduit d’IS à 15%.
  • Aménagement et prorogation de plusieurs crédits d’impôt tels le crédit d’impôt formation des dirigeants et le crédit d’impôt pour investissements en Corse, des dispositifs de défiscalisation en outre-mer
  • Rétablissement du crédit d’impôt pour la rénovation énergétique des PME.

En outre, plusieurs mesures viennent ajuster les futures obligations des entreprises en matière de facturation électronique et des groupes TVA.

Amendements en faveur des particuliers

Si aucun amendement n’a été retenu concernant la revalorisation du barème de l’impôt sur le revenu, d’autres amendements en faveur des particuliers sont présents dans le texte du budget 2023 sur lequel le Gouvernement s’est engagé :

  • Augmentation du plafond de la contribution patronale aux titres-restaurant de 5,92 à 6,50 € par titre
  • Revalorisation du plafond du crédit d’impôt pour la garde d’enfants de moins de 6 ans, de 2.300 € à 3.500 €
  • Prorogation du taux réduit de TVA à 5,5% pour les produits liés à la lutte contre la propagation de la covid-19 jusqu’au 31 décembre 2024
  • Prorogation et aménagement de plusieurs réductions et crédits d’impôt sur le revenu (réduction d’impôt Madelin pour souscription au capital de PME, Malraux, DEFI-Forêt, etc.).

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

Note moyenne de 0/5 basé sur 0 avis

Soyez le premier à donner votre avis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *