Paroles de RH : « La gestion RH du 24h/24, 7j/7 et du devoir du soin a ses particularités, d’autant plus en outre-Mer »

Référent RH au Centre Hospitalier Universitaire Sud-Réunion, Mounir Najafaly encadre, de fait, une équipe d’environ 30 personnes gérant elle-même un ensemble d’un peu plus de 3 500 agents. A ce poste, il assure des missions classiques de responsable RH tout en faisant face aux spécificités de l’environnement médical. Explications.

Parole-de-rh-chu-la-reunion

Comment êtes-vous devenu référent RH au CHU de la Réunion ?

Juriste de formation, j’ai tout d’abord décroché un Master 2 en Droit à l’université de la Réunion, avant d’entamer une thèse en droit international. Désireux de financer ces études, j’ai répondu en 2007 à une offre de CDD dans le domaine du contentieux émise par le CHU de l’île. Intégré à l’hôpital alors que le contexte était difficile, j’ai pris mes fonctions à un moment où 200 postes devaient être supprimés… C’est dire si le travail a été intense.

Une fois cette mission réalisée, mon contrat s’est prolongé. J’ai alors préparé le concours d’attaché d’administration hospitalière avant d’intégrer l’Ecole des hautes études en santé publique. Aujourd’hui référent ressources humaines, je chapeaute divers départements du service RH, tout en dirigeant en direct les services carrières et contentieux.

Quelles particularités y a-t-il à travailler en milieu hospitalier ?

L’organisation de notre service RH ressemble finalement à celle de beaucoup d’autres structures de 3500 personnes. Recrutement, paye, gestion des carrières, formation, qualité de vie au travail, accompagnement au changement, les fonctions sont à peu près les mêmes. À signaler que nous gérons toutes les fonctions hospitalières –personnels administratifs, personnels techniques, soignants ou encore médico-techniques– à l’exception des médecins.

Les grandes spécificités du milieu hospitalier sont surtout : l’activité 24h/24, 7j/7 et bien sûr la mission de soin. Pour que les professionnels soient totalement et en permanence à l’écoute de leurs patients, ils doivent en parallèle bénéficier de la plus grande bienveillance de notre part.

Nous disposons par exemple d’une cellule spécifique chargée de la qualité de vie au travail qui, grâce au suivi d’une psychologue et le soutien des partenaires sociaux, est attentive à toutes les difficultés que pourraient exprimer nos professionnels, souvent au contact de situations médico-sociales difficiles.

Nous devons enfin faire face de manière assez régulière à d’importants défis budgétaires qui imposent de faire mieux avec des moyens limités. Plans de retour à l’équilibre, interventions du COPERMO (Comité interministériel de la Performance et de la Modernisation de l’Offre de Soin), contrôles de l’Inspection générale des affaires sociales ou de la chambre régionale des comptes…

Les contraintes sont nombreuses, mais ces différentes situations rendent finalement ce travail très enrichissant.

Votre situation insulaire impacte-t-elle vos missions ?

Certaines réglementations peuvent en effet varier. Ainsi la rémunération des personnels est majorée, et certaines taxes sont différentes de ce qui se pratique en métropole.

L’éloignement de la métropole implique également un recrutement plus complexe.

Nos besoins sur certaines catégories de personnels étant plus difficiles à satisfaire –infirmier en bloc, médecin du travail, kiné ou encore infirmier-anesthésiste– il nous faut mener régulièrement d’importantes campagnes de communication auprès des centres de formation pour attirer de jeunes talents.

Les formations GERESO auxquelles le CHU Sud-Réunion a souvent recours concernent en priorité la retraite et la protection sociale, la gestion de carrière, les allocations chômage ou encore la gestion des conflits.

Des thématiques assez généralistes mais adaptées à la gestion RH dans un établissement soumis à une obligation de service public.

Mounir NajafalyMounir Najafaly

Référent RH au Centre Hospitalier Universitaire Sud-Réunion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *